Le Syndicat Banques Assurances de l’OGBL change de nom: Bienvenue OGBL – Secteur Financier

Bonjour,

Vous connaissez et appréciez le Syndicat Banques et Assurances (SBA) de l’OGBL pour son combat contre la dégradation progressive des acquis sociaux et des conditions de travail depuis des nombreuses années.

Le Syndicat Banques et Assurances de l’OGBL a décidé de changer de nom en OGBL Secteur Financier. Découvrez ici les raisons pour ce changement, ce qui changera globalement et pour vous dans le futur.

N’hésitez pas à contacter vos délégués OGBL pour toutes vos questions.

Nous restons à votre disposition,

La section OGBL

Information intersyndicale sur la CCT – Intergewerkschaftliche Info über den Kollektivvertrag

                                     Deutsche Version weiter unten

Bonjour,

Voici un état des lieux concernant les négociations CCT (Convention Collective de travail) élaboré en intersyndicale.

N’hésitez pas à contacter vos délégués OGBL pour toutes vos questions.

Nous restons à votre disposition,

La section OGBL


Hallo,

Hier eine intergewerkschaftliche Bestandsaufnahme über die Verhandlungen über den Banken-Kollektivvertrag.

Wendet Euch gerne mit Euren Fragen an die OGBL-Betriebsratsmitglieder.

Wir stehen zu Eurer Verfügung.

Die OGBL-Sektion

 

 

 

Réunion d’information fiscalité luxembourgeoise

L’OGBL et la section d’entreprise OGBL de RBC IS organisent une réunion d’information en entreprise sur la fiscalité luxembourgeoise afin de permettre aux salariés de RBC IS frontaliers de mieux appréhender les changements  au niveau du traitement fiscal pour les non-résidents mariés principalement concernant le taux d’imposition et de pouvoir le cas échéant optimiser leur situation fiscale.

Il reste quelques places.

Rendez-vous dans la salle attenante à l’Atrium le 21 novembre 2017 de 12h30 à 13h30.

21 mars 2017 – 13e journée mondiale de la Trisomie 21

Depuis 2005, le 21 mars est célébrée tous les ans la journée internationale de la trisomie 21.

Mais en quoi consiste cette maladie?

Très scientifiquement parlant, la 21e paire de chromosomes possède un chromosome en surnombre et provoque des retards cognitifs ainsi que des modifications morphologiques particulières par exemple pour le coeur ou musculo-squelettiques, plus ou moins prononcés. On compte en moyenne un cas sur 770 naissances.

Si on constate des retards cognitifs, il faut préciser que le QI des personnes atteintes de la trisomie 21 est très variable et que le raccourci souvent fait de dire qu’une personne souffrant de la trisomie 21 n’est pas capable est tout simplement faux – bien au contraire.  A savoir que le fait de déterminer un QI en dessous de la moyenne provient en grande partie aussi de la composition des tests: Il y a une grande partie « communication » et « coordination motrice » deux axes ou se manifestent le plus de problèmes pour les personnes atteintes de la maladie – il est donc très difficile de trouver le vrai QI de la personne.

L’ancien secrétaire des Nations Unies Ban Ki-Moon a déclaré si justement le 21/3/2012:

« En ce jour, nous réaffirmons que les personnes atteintes de la trisomie ont droit à la jouissance pleine et effective de tous les droits de l’homme et des libertés fondamentales. Que chacun, faisons notre part pour permettre aux enfants et aux personnes atteintes de trisomie de participer pleinement à l’élaboration et à la vie de leur société sur un pied d’égalité avec les autres. bâtissons une société inclusive pour tous »

Nous vous invitons de trouver une belle illustration de comment cela peut être traduit dans notre vie de tous les jours ici. Pour notre part, nous trouvons que nous avons rarement vu une météo aussi rayonnante (même avec une annonce de pluie en partie).

Relevons le défi de vivre l’inclusion pleinement, nous comptons sur vous de nous rejoindre dans cette démarche.

Plus d’infos sur le projet ici

Interview de Véronique Eischen – Les dirigeants doivent assumer leur responsabilité sociale

Véronique Eischen, secrétaire centrale du Syndicat Banques et Assurances (OGBL–SBA), ne mâche pas ses mots pour décrire les pratiques du secteur bancaire en matière d’emploi.

Pratiques des dirigeants, lenteur des négociateurs portant sur la future convention collective du secteur : Véronique Eischen ne cache pas son inquiétude concernant la situation sociale du secteur financier luxembourgeois.

Entretien avec le journaliste Jeremy Zabatta du Quotidien

Huit plans sociaux en deux ans et plus de 3 000 personnes touchées par ce genre de mesures depuis 2008. Est-ce que l’emploi dans le secteur financier vous inquiète?
Véronique Eischen: Évidemment cela nous inquiète. Déjà, en fin d’année dernière, nous avions alerté et rencontré le ministre des Finances, Pierre Gramegna, concernant cette «lumineuse» loi 7024 (NDLR: un projet de loi assouplissant les conditions d’externalisation, à l’étranger, du traitement des données dans le secteur financier). Nous avions alors exprimé nos craintes par rapport à l’exploitation des données à l’étranger, pouvant avoir comme conséquence un effet négatif sur l’emploi, notamment pour les départements de back-office et IT du secteur financier, où il existe un risque de délocalisation vers l’étranger. Nos craintes semblent se confirmer.
Pourtant, si l’on regarde les chiffres de l’emploi dans le secteur bancaire, ils sont stables, avec même une très légère tendance à la hausse…
Selon les statistiques, l’emploi semble stable dans les banques. Il n’en reste pas moins qu’on ne sait pas si les gens qui perdent leur emploi du fait d’un licenciement ou d’un plan social retrouvent un emploi sur la place financière. Les vrais statistiques nous manquent. Est-ce qu’il s’agit de transferts d’emplois existants du secteur non financier vers le secteur financier et vice-versa ? Le fait est que 3.000 personnes ont été touchées par des plans sociaux (sans pour autant parler de licenciements individuels) et que l’on perd des personnes qui ont une expérience, un savoir-faire et un niveau de compétence très élevé.
Le secteur financier connait des transformations profondes, cela implique la disparition de postes mais aussi l’apparition de nouveaux postes. Est-ce que cela peut expliquer certains licenciements et plans sociaux?
Évidemment, il y a une transformation. Mais là encore, je suis convaincue qu’il est possible de former les gens concernés aux nouvelles spécificités du secteur. Mais rien n’est fait dans ce sens, ce qui est déplorable, alors que je suis convaincue qu’il est tout à fait possible de le faire vu l’expérience professionnelle et la qualification des salariés du secteur. Continue reading Interview de Véronique Eischen – Les dirigeants doivent assumer leur responsabilité sociale