8 mars 2013: 102e Journée Internationale de la Femme – « Une promesse est une promesse : Il est temps de mettre fin à la violence à l’égard des femmes (Thématique officielle 2013 ONU) »

Dans le monde entier les droits de la femme ont connu une (r)évolution au cours du siècle dernier, mais l’existence de lois, a-t-elle réellement contribué à un plus d’égalité de traitement ou de justice ?

En 1911, seulement deux pays dans le monde avaient accordé le droit de vote aux femmes.

En 2013, ce droit est quasiment devenu, selon les apparences, universel et les femmes exercent une influence nettement plus importante dans des processus décisionnels, que ce soit au niveau vie privée, en entreprise ou en politique.

186 pays ont signé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et s’engagent ainsi à respecter les droits fondamentaux des femmes et filles ainsi qu’à supprimer les obstacles à l’égalité des sexes et à la justice.

Même si sur le papier des progrès considérables ont été faits en matière de justice, on constate néanmoins que des millions de femmes déclarent avoir été victimes de violences au courant de leur vie. Les violences à l’égard des femmes qui ont toujours existé et ayant été longtemps un sujet tabou, ressortent de nos jours de façon évidente comme caractéristique intégrante des conflits.

Quelques chiffres pour illustrer davantage ce décalage entre théorie et pratique à travers le monde:

• 139 constitutions garantissent l’égalité des sexes, mais de nombreux pays discutent de nos jours de quotas de femmes pour les postes à haute responsabilité
• 125 pays considèrent illégal la violence conjugale, mais 127 pays ne pénalisent toujours pas explicitement le viol conjugal
• 117 pays disposent de lois relatives à l’égalité de rémunération, mais à travers le monde la différence de salaire entre une femme et un homme se situe entre 10% et 30%, l’écart moyen étant de 15.9% (source : OECD)

J’espère que lors de cette Journée Internationale de la Femme, notre Direction prenne conscience des effets néfastes de la violence (sexuelle et morale) sur la santé psychique et physique et mettra tout en œuvre pour lutter contre toute forme de violence, principalement à l’égard des femmes.

Si ce 8 mars 2013, vous souhaitez soutenir l’action du CID-Femmes à Luxembourg « La violence – si tu te tais, elle te tue ! », rendez-vous à 12h30 sur le parvis de la Gare de Luxembourg-Ville avec une paire de lunettes de soleil en symbole de votre solidarité avec les victimes.

Pour plus d’information : http://fraendag.lu

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.